Histoire

ORIGINE DU NOM DE BÉJAÏA

illustration Béjaïa

Béjaïa, celle qui était connue sous l’empire romain avec l’appellation de Civitas Salditana, possédait tout naturellement un nom berbère qui a subi autant de déclinaisons que d’occupants. Elle aura été, tantôt arabisée, tantôt latinisée, s’adaptant aux alphabets des uns et des autres. La toponymie actuelle de Béjaïa viendrait donc du berbère Tabgayet – où l’on reconnaît le « t » marquant le féminin mais dont l’usage s’est effacé avec le temps. Il viendrait du mot:« tabegga » qui veut dire « ronces ». Cette racine berbère se retrouve également dans d’autres villes du Maghreb, à l’instar de Dougga (Thugga) et...

Continue Reading →

Au cœur de la Casbah d’Alger : L’amour impossible de Fatma & N’Fissa- guide d’Alger.

Rares sont les histoires d’amour qui finissent bien. Roméo et Juliette, mejoun et Leila, …  Et puis il y a aussi l’histoire des deux princesses touchées au cœur par la grâce d’un cavalier dont nous vous contons l’histoire ici. En plein cœur de la casbah d’Alger résonne aujourd’hui encore le soupir des deux sœurs, deux princesses, filles du Pacha Hassan, mortes par amour pour un jeune homme. On vient de loin, on vient de partout, à la recherche des tombes des deux sœurs : Fatma et N’Fissa. En quête de cette histoire romanesque et tragique à la fois, qui s’est...

Continue Reading →

L’origine du nom donné par les Français à El-Djazaïr- guide d’Alger

“Argel” pour les espagnols, “Algieri” pour les italiens, “Algiers” pour les anglais et les hollandais, “Algier” pour les allemands, telles sont les transcriptions d’El-Djazaïr dans les langues des peuples d’Europe qui ont eu des relations anciennes avec la capitale algérienne. Alger Le nom français, à savoir «Alger», tire son origine des premières transcriptions de “El-Djazaïr” par les navigateurs catalans, pisans et génois qui commerçaient avec le pays. Les plus anciens documents cartographiques connus sur lesquels figure une transcription européenne d'«El-Djazaïr» sont : un portulan du XIIIe siècle, conservé à Gênes et une carte pisane de la Bibliothèque Nationale de Paris...

Continue Reading →

Le trésor de la Casbah d’Alger- guide d’Alger.

Alger archives Al bayazin éditions

Parmi les plus gros hold-up de l'histoire, on a souvent cité l’affaire du train postal, Glasgow-Londres, en Août 1963, ou plus récemment,  le cambriolage d’au moins 52 millions d'euros  à la banque centrale de Fortaleza, au Brésil… mais, jamais l’on a assimilé le pillage du Trésor d’Alger, le 5 Juillet 1830, à un détournement en bonne et due forme. Et pourtant, tout a commencé par un sombre scenario, fomenté par l’Etat Français de l’époque, qui consistait à faire main basse sur les immenses trésors de la Régence d'Alger, dans le seul but de bâtir la fortune secrète de Charles X....

Continue Reading →

Les Raïs, maîtres de la Méditerranée- Histoire d’Alger-Guide d’Alger

Le dos tourné au continent, la face largement ouverte sur la baie, Alger a vécu du XVIe au XIXe siècle par la mer et pour la mer. En très peu de temps, elle s’impose dans le concert des nations et se taille une place de choix en Méditerranée.

C’était l’époque de la course. Les Etats assoyaient leurs relations sur les résultats de leurs confrontations en mer. Alger se dote d’une flotte redoutable et s’attache les services de “corsaires” intrépides qui allaient guerroyer en Méditerranée et même dans les lointaines mers du nord. Le courage et l’audace des Raïs d’Alger, qui ont fait la richesse et le prestige de la Régence, attisaient la rancœur et le dépit des nations européennes.

A la tête de ce monde hostile se tenait l’Espagne des rois catholiques. De Charles Quint à Charles III, tous les amiraux espagnols n’aspiraient qu’à en découdre avec la Régence d’Alger. Trois expéditions avec bombardement de la ville en un demi-siècle. Les rois de France et ceux d’Angleterre, les tsars de Russie, les princes d’Italie, les papes, les moines guerriers de Malte, n’eurent d’autres soucis que de raser l’Etat barbaresque. Alger “la ville aux mille canons”, faisait reculer les plus opiniâtres. Sa force émanait du génie de ses enfants. Elle résidait en premier lieu dans son artillerie. Du rôle joué par cette arme, durant plus de trois cents ans, naquit la célébrité d’El-Djazaïr et sa légende. Et depuis cette date, les canons font partie intégrante de son histoire. Certes, Alger fut prise en 1830 par les troupes françaises, mais pas à partir de la mer.

 

Extrait : Chapitre histoire ( Alger, la capitale édition 2019)

 

 

Cervantès, captif à Alger

Avant d’être l’écrivain de Don Quichotte, devenu célèbre dans le monde entier, Miguel de Cervantès fut d’abord un soldat de sa majesté espagnole. Capturé avec son frère Rodriguo, le 26 septembre 1575 par les barbaresques commandés par le corsaire albanais Arnaute Mami, il fut gardé en captivité, au service de Dali Mami, un marin sous les ordres d’Arnaute. Après moult péripéties, son frère Rodriguo fut libéré contre une rançon. En 1577, prévenu de la venue prochaine d’une frégate armée, il s’évada en compagnie de 13 captifs et demeura caché dans une grotte située dans la propriété d’un algérien, le Caïd Hassan,...

Continue Reading →

Es-Safir .Un hôtel pas comme les autres- Alger

Le moins que l’on puisse dire est que ce palace situé en plein cœur d’Alger a eu une vie diurne et nocturne, bien mouvementée. Esthétiquement influencé par le mouvement ‘’Art déco’’ des années 20, ses concepteurs Joachim Richard et Auguste Bluysen, ‘’architectes avant-gardistes’’ ont voulu se distinguer de la tendance néoclassique et de la tradition néomauresque, qui prévalait à l’époque. C’est ainsi qu’en 1930 est sorti des entrailles de la terre, à la rue Alfred-Leluch, un édifice, défiant le regard vague et humide de la mer. Ce bâtiment ‘’art déco’’ est venu doter le centre-ville d’Alger de son premier hôtel...

Continue Reading →

L’histoire insoupçonnée du cimetière El Alia d’Alger

À chaque ville, son grand cimetière. PourAlger, El Alia compte la plus importante population horizontale. À l'origine, El Alia est le nom d’une bienfaisante dame qui a fait don de cette vaste étendue de 78 hectares, acquise auprès d’un colon. C'est  à la veille de son départ  pour les Lieux saints de l’islam, en 1928, que cette veuve de 42 ans a dû se séparer bénévolement de ses terres. Pour accomplir  le pèlerinage, l'Islam recommande en effet, à toute femme, non accompagnée d'un tuteur, de léguer ses biens au profit de la communauté musulmane. Ainsi, pour satisfaire à ses obligations religieuses, Hamza El Alia s'est rendue...

Continue Reading →