Une wilaya de sportifs… en quête de palmarès

Une wilaya de sportifs… en quête de palmarès

La région de Blida a, de tout temps, vu naitre de grands champions dans les différentes disciplines sportives. Djillali Hasni, le vétérant, aujourd’hui âgé de 91 ans, n’a pas manqué de nous parler de sa victoire en coupe d’Afrique du Nord avec l’équipe de Football du FCB en 1952.

A travers son récit, Hasni s’est rappelé les moments de joie qu’il avait vécus tout au long de sa carrière de plus de 60 ans, ponctuée par celle d’entraineur du grand club blidéen, auquel il a réussi à lui donner une place au soleil. Il n’a pas manqué de mettre en exergue le fait que cette victoire était dû aussi à la présence d’éléments musulmans au sein de cette équipe tels que le gardien Menacer, l’avant centre Meftah et le chélifien Haddad au milieu. A cette époque la ville des Roses, disposait d’une autre grande équipe à savoir l’USMB, qui renfermait des éléments de valeur tels Bouguerra, Mansouri, ou encore les jeunots Sebkhaoui et Chalane. Mais malgré le potentiel de joueurs dont elle a toujours disposé, elle subit de nombreux échecs avant d’atteindre le but escompté. Au milieu de la décennie 50, de nouveaux jeunes joueurs ont intégré le club, à l’mage de Ousser, Brakni, Zouraghi, Mazzouz intégrèrent le groupe, ce qui donna une nouvelle dimension à l’équipe, Au déclenchement de la Révolution, la plupart des jeunes joueurs rejoignirent le maquis. « 22 joueurs sont tombés au champ d’honneur, pour que vive l’Algérie indépendante », nous dira-t-on.

Au lendemain de l’indépendance, les activités sportives reprennent et, chacune des villes constituant la région, a vu naitre une ou plusieurs associations sportives dont des équipes de football, c’est le cas de Blida, Boufarik, El Affroun ou Larba, mais le porte flambeau resta toujours à Blida. L’équipe locale (l’Union Sportive Musulmane de Blida) se propulsa en division nationale «une» mais après plusieurs tentatives en coupe et en championnat, elle ne réussi pas à remporter un quelconque titre et ce, après 80 ans d’activité.

Cette région de la Mitidja, a connu et connait jusqu’à présent de grandes figures sportives. C’est le cas, en cyclisme des Kebaili, Abbes et Zaaf, qui ont pris part plusieurs fois aux Tours de France, sans oublier les Amari et Remadni qui furent aussi de véritables exemples pour les jeunes qui ont pris la relève (Mahieddine, El Besseghi, Tahar Zaaf ou encore Boufridi ). Pour rappel seulement, en évoquant son succès, le vétérant Hasni nous dira que sa victoire a coïncidé, ce jour là, avec celle de Kebaili qui avait remporté le Tour d’Algérie dont l’arrivée a eu lieu en l’actuel stade du 20 Aout à Alger.

Si la ville de Blida est connue pour ses nombreuses performances sportives et aussi pour ses athlètes, on ne peut passer sous silence l’autre ville à savoir Boufarik qui, en boxe et en gymnastique, a de tout temps marqué de son empreinte le mouvement sportif. En effet, si Blida a vu naitre de grands champions de boxe tels que Bel Abbes, Chelha sans oublier Hamoud Daidi qui remporta le titre de champion de France avant d’être exécuté par la colonisation en 1958, Boufarik a eu aussi ses grands champions c’est le cas de Kaddour, Ould Makhloufi ou tout récemment Bengasmia qui enflamma les rings comme ses prédécesseurs. En sports collectifs, la palme doit être partagée entre Blida en volley ball et Boufarik en basket ball. Les deux villes ont brillé au niveau africain, après avoir remporté titres et coupes au plan national.

Il faut, cependant, souligner que la ville de Boufarik s’est lancée, ces dernières années, dans le développement de nouvelles disciplines sportives, à l’exemple du tennis. En effet, située dans un quartier populaire de la ville des oranges, le club de Tennis de la Mitidja accueille quotidiennement de jeunes garçons et filles à la recherche du savoir faire dans cette discipline. Opérationnelle depuis peu, cette école a déjà permis à de nombreux jeunots garçons et filles de prendre part à des compétitions au plan national et même continental. C’est le cas de la petite Ikram Dahmani de Boufarik.

Au regard de toutes ces potentialités, le sport dans la wilaya demeure en-deçà des attentes. Si on revient au football, le club phare de la Mitidja, en l’occurrence l’U.S.M.Blida, n’arrive pas à se positionner au sein de l’élite. Ses dernières années, le club a enregistré les pires résultats de la décennie, avant de passer à la trappe pour atterrir en seconde division. Même cas pour Boufarik, El Affroun ou Larba qui, en dépit d’une pépinière de joueurs talentueux n’arrivent pas à reprendre des places. Le sport à Blida a perdu de son mordant et rares sont les disciplines qui ont réussi aujourd’hui à remonter la pente, à l’image de l’équipe de basket le Trèfle qui a remporté l’édition 2010 la coupe d’Algérie, et qui fut une première dans l’histoire de la balle orange blidéenne. Le tir à l’arc, le tennis de table et l’athlétisme, sont les autres disciplines qui recèlent un potentiel à na pas négliger.

Le problème des installations sportives se pose avec accuité. Durant la période où des travaux étaient entrepris au niveau du stade Tchaker, le club blidéen se voyait obliger de s’entrainer et de recevoir lors des matchs officiels à Oued el Alleug, El Affroun ou encore à Hadjout. Même topo pour les autres sports, sur les quatre salles existantes au chef lieu de la wilaya, une seule est opérationnelle, ce qui pose problème pour les différentes équipes de sports collectifs notamment pour leurs entrainements.

In Le guide de la wilaya de Blida.

Ajouter Commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Téléphone: + 213 (0) 21 60 94 23 / +213 5 42 19 52 88
Fax: + 213 (0) 21 60 94 23
Résidence petit Hydra BT/A
Hydra 16000 Alger, Algérie
Changer la monnaie
DZD Dinar algerien
EUR Euro